Les filiations adoptives prennent de plus en plus une ampleur étonnante de nos jours. Pour diverses raisons, un nombre important de nos populations se permettent ce luxe de se prendre un enfant à charge. Ces enfants qui sont de différents cas sociaux vont devoir se trouver une famille d’accueil pour leur bien-être et leur épanouissement. Ce parent ou cette famille d’accueil a l’obligation de se fournir les moyens adéquats pour offrir un cadre approprié de suivi et d’éducation à cet enfant. Deux formes d’adoptions sont possibles en occurrence, l’adoption simple ou celle plénière. La 1re permet à l’enfant de sauvegarder les liens avec sa famille d’origine tandis que la 2de relie l’enfant directement à son adoptant. Quelles sont donc les exigences d’une adoption ?

Les conditions liées aux personnes concernées

Dans l’ordre normal des choses, nul ne va à l’adoption s’il n’a des motivations particulières. Ces motivations sont diversifiées en fonction des adoptants et peut s’agir de :

  • Infertilité insoluble
  • Célibat non désiré
  • Envie de sauver un enfant misérable
  • Impossibilité psychologique de conception,
  • etc.

L’adoption est bien le moyen pour assouvir son désir d’enfant certes, elle nécessite une certaine posture. Il faudra donc bien analyser son projet et se rassurer de :

  • Pouvoir assumer, la procédure d’adoption peut s’avérer véritablement longue ou décourageante et nécessiter beaucoup de détermination ;
  • La faisabilité de l’adoption, il faudra satisfaire les exigences légales, avoir l’agrément ou même l’accord de son conjoint(e) et le critère de l’âge,
  • Type d’adoption convenable, les difficultés varient en fonction la sphère juridique (nationale ou international).

Par ailleurs, l’adoption n’est pas ouverte à tous les individus. Ainsi, ce droit est conditionné par la procédure enclenchée. Par exemple en France, le législateur exige 28 ans révolus à l’égard de l’adoptant et une différence d’âge de 15 ans entre lui et l’adopté. Or sur le plan international, elle varie selon l’État concerné.

Quel protocole suivre dans une démarche adoptive ?

Les démarches procédurales d’une adoption varient en fonction du pays d’adoption. Quoiqu’en soit le cas, les 1res étapes ne changent pratiquement jamais. On se réfère ainsi au projet d’adoption et à l’obtention de l’agrément, deux étapes communes à presque tous les systèmes juridiques.

Dans le système français, il faut partir de la présentation du projet au conseil de famille jusqu’au jugement d’adoption. Cependant, à l’étranger, même en mimant le droit français le droit local reste particulier et nécessitera des ratifications.