Mais tuer quelqu’un à sa demande restera illégal,
a souligné la cour.

A lire aussi : Ce sont ce que vous devriez faire attention dans une vague de chaleur si vous avez le diabète

Plusieurs personnes ont demandé aux juges de déclarer les règles jusqu’à présent
non valide. Il y avait parmi eux un homme de 56 ans au lit, dont
Suffit la sclérose en plaques et n’est pas capable de se suicider sans
aide extérieure.

Un autre demandeur est un médecin qui voudrait aider dans une telle
sans subir de conséquences juridiques et professionnelles.

A découvrir également : La duchesse Catherine est traitée avec des vomissements pernicieux

L’interdiction totale actuelle « viole le droit à l’autodétermination », a statué
la Cour constitutionnelle. Une décision libre de mettre fin à la vie de quelqu’un doit
respect, ont ajouté les juges.

Cependant, le président de la Cour constitutionnelle Christoph Grabenwarter a admis que
La décision des patients peut également dépendre de facteurs externes tels que
situation économique ou niveau de soins. Les lois et procédures doivent donc
veiller à ce que les patients reçoivent un soutien adéquat,
Grabenwarter.

La nouvelle législation entrera en vigueur fin 2021, complétée par la presse
Agence AP. Les contrevenants à la loi pertinente n’ont pas encore menacé de punition
allant de six mois à cinq ans. Les législateurs
doivent prendre des mesures pour prévenir les abus et veiller à ce que
« la personne concernée n’a pas pris la décision de se suicider sous l’influence de tiers
parties « , la cour a dit.

La décision de la Cour autrichienne intervient après une étape similaire de l’Allemagne, où
Cour constitutionnelle en Février a statué que l’interdiction du suicide assisté est
illégal.

Auparavant, ces services légalisés en Europe seulement Belgique, Pays – Bas,
Suisse et Luxembourg. Contre l’autorisation de suicide assisté se démarquer
Les évêques catholiques qui avertissent qu’ils augmenteront ainsi la pression sur les malades et
les vieillards pour mettre fin à leur vie.